Vaincre les réticences des consommateurs, c’est tout l’art du marketing. Et si on adaptait quelques techniques à notre vie quotidienne et qu’on les testait sur notre entourage...

 

Mon homme n’est pas bavard, moi j’ai besoin de dialogue

Stratégie : la publicité participative

Technique : faire participer les consommateurs à l’élaboration d’un produit. C’est la dernière tendance. Au printemps, un New-Yorkais a collé 15 000 bulles vierges sur des publicités placées dans les rues ou le métro. L’objectif: donner aux passants l’occasion d’exprimer ce qu’ils voulaient. Il en a ensuite fait un livre.

Adaptation : vous photocopiez une photo souriante de votre héros, en collant une bulle devant sa bouche. Placez les tirages aux endroits de passage de votre cible (entrée, penderie, table de nuit, salle de bains, porte du réfrigérateur) avec un stylo à proximité. S’il ne sourit même pas, où ne peut plus rien pour vous.

 

La nouvelle (trop charmante) assistante de mon mari vient dîner

Stratégie : la guérilla marketing

Technique : l’art de faire la guerre à ses concurrents. Cette approche se fonde sur des pratiques marketing de nature non conventionnelle. Donc, les seules limites sont celles de l’individu qui la mène : tout peut être envisagé.

Adaptation : composez un menu servi dans des assiettes individuelles. En entrée : taboulé libanais, celui qui engloutit quatre bouquets de persil plat. Puis un plat de spaghettis aux coques (dans l’assiette de votre invitée, servez un unique spaghetto de 1,50 m). Et en dessert, une belle tarte aux myrtilles. Placez le couvert de votre cible bien en face de celui de votre chéri, puis savourez le spectacle : ses incisives mouchetées, ses joues de hamster et sa langue de chow-chow... 

 

J’ai beau faire des prouesses au bureau, je reste dans l’ombre

Stratégie : le marketing viral ou buzz

Technique : la force du marketing viral est d’entrer en contact avec des personnes via une relation, un ami ou un collègue capable de véhiculer le bon message par le moyen du buzz, technique qui repose principalement sur le bouche à oreille.

Adaptation : dans un premier temps, au bureau, persévérez dans l’excellence. Mais désormais, à la fin de vos missions, demandez par mail, à vos clients, s’ils sont satisfaits de votre travail. Et envoyez une copie de leur réponse dithyrambique à votre hiérarchie, pour info. Si on vous félicite spontanément, demandez toujours à votre cible d’en buzzer trois mots à votre boss.

 

A côté de cette collègue à forte personnalité, je n’existe plus

Stratégie : le benchmarketing

Technique : transgression d’une règle fondamentale apprise à l’école, celle de ne pas copier sur son voisin ! A une nuance près et de taille : cette fois, on ne copie que les meilleurs.

Adaptation : dans un premier temps, observez à la loupe votre collègue pour repérer les ingrédients de sa personnalité « impactante ». Notez sa gestuelle lente, précise et arrondie, sa façon de parler peu, toujours en dernier, en commençant ses phrases par « bon... », ses silences éloquents, son recul amusé sur les événements. Ajoutez votre touche personnelle. Devenez, vous, « aspirationnelle » : celle à laquelle on veut ressembler. Soit la même, en mieux

 

J’ai envie d’organiser une fête sans me prendre la tête

Stratégie : la flash mob

Technique : une mobilisation éclair dans un endroit public tenu secret et révélé au tout dernier moment, via le Net. Exemple : une bataille de polochons géante devant Notre-Dame de Paris...

Adaptation : vous proposez à tous vos amis par mail un méga pique-nique dans un parc ou un jardin facile d’accès. S’il fait frisquet, vous oubliez le dîner sur l’herbe et vous les conviez plutôt à boire un petit vin chaud dans un lieu mythique de votre ville, « demain, à 19 h pétantes ! ». Dans les deux cas, chacun apporte sa petite recette... La vôtre sera celle d’un gâteau au chocolat réalisé en 5 min chrono: souvenez-vous, le thème, c’est « flash ». La fête sans la vaisselle avec bol d’air en prime.

 
Désespérément besoin d’un sèche-linge... mon compagnon s’est polarisé sur un iPhone

Stratégie : le marketing expérimental

Technique : créer un événement décalé et surprenant pour attirer l’attention. En 2005, la marque LG Electroménager a installé des machines à laver dans un bar parisien pendant un mois pour que les consommateurs puissent tester les appareils. Tous les médias en ont parlé.

Adaptation : le temps d’un week-end, transformez votre double living en campement tzigane. On ne doit plus pouvoir s’asseoir sur les chaises, coiffées de caleçons humides, ni même allumer la télé, ensevelie sous une housse de couette king size. Sur la table basse, un test comparatif sur les sèche-linge à chargement frontal semble tombé tout droit du ciel. Travaillez bien votre air étonné pour que votre cible ne puisse pas vous soupçonner d’avoir organisé l’événement.

 

Mon mari est un vrai papa poule, impossible de s’échapper à deux

Stratégie : le marketing furtif

Technique : en résumé, cela consiste à communiquer en évitant que l’origine du message puisse être identifiée comme provenant de la marque en question.

Adaptation : demandez à votre mère de réclamer vos anges deux jours, rien que pour elle. Auparavant, en coulisses, vous les avez chauffés pour qu’ils hurlent « Oh oui, un week-end chez mamie ! » Et vous apaisez ce début d’insurrection en annonçant à votre compagnon: « Ça tombe bien, Sylvie nous prête son studio à Cabourg. »

 
Ma belle-mère vient passer le week-end, je rêve d’enfants modèles

Stratégie : le teasing

Technique : elle consiste à susciter l’impatience des consommateurs en annonçant l’arrivée d’un produit bien avant sa sortie, en dévoilant progressivement quelques-unes de ses caractéristiques ou en le montrant partiellement.

Adaptation : vous promettez un super cadeau à votre brochette d’agités s’ils font un gros effort pour passer les pistaches et débarrasser la table quand mamie sera là. Vous ne lâchez rien sur la surprise promise en échange, si ce n’est quelques indices : du fourrage, une balle, des chips de banane... Ils pressentent alors un truc énorme et n’ont jamais été aussi mignons de tout un week-end depuis leur premier rot. Bon ben, vous voilà maintenant au pied du mur. Pour rester crédible, il va falloir leur offrir… un cochon d’inde.

 
Ma fille étudie davantage la Nouvelle Star  que sa philo 

Stratégie : le marketing Human Touch

Technique : humaniser un service en apportant une valeur ajoutée et un « supplément d’âme ». Sur le Net, cela consiste à accompagner et à fidéliser les visiteurs d’un site.

Adaptation : « fidéliser » votre cible à René Descartes peut vous paraître une mission impossible. Mais en vous plongeant dans ce précieux petit guide, La philo des paresseuses (voir l’encadré à lire), vous allez constater qu’il existe bien des points communs entre votre fille.., et René Descartes. Et vous allez le lui faire savoir. Lui aussi avait un penchant certain pour le repos et dormait jusqu’à 10 h par nuit. Comme votre fille, il était spécialiste du doute, du détachement et du recul critique. Grâce à vous, René descend de son piédestal de penseur empesé et prend même une dimension charismatique aux yeux de votre fille. Par la suite, vous pourrez même poser votre human touch sur Marx (qui a frappé son père jusqu’à l’âge de 30 ans), sur Kant (qui a inventé le porte-jarretelles) et même sur Socrate (qui empestait le bouc). Ce n’est pas Julien de la Nouvelle Star qui peut se prévaloir d’autant de génie... 

  
Je m’épuise à vociférer «  A table ! »

Stratégie : le one-to-one

Technique : par opposition au marketing de masse, le one-to-one permet de s’adresser d’une manière individualisée à chaque cible.

Adaptation : étudiez bien votre cible afin d’identifier son plat préféré. Guacamole pour votre fille, polenta pour son frère, jambon Serrano pour leur père. A l’heure critique, annoncez les plats sans vous époumoner. Vous pouvez même ajouter pour le plus récalcitrant: « Active le chat sniffe ton assiette ! » Inconvénient majeur : la multiplication des menus.

 

Mon fils traîne avec ses copains... et il a DST de maths demain

Stratégie 1 :le phoning

Technique : l’utilisation du téléphone à la chaîne pour communiquer.

Adaptation : l’enjeu étant qu’il décroche son téléphone et donc qu’il ne sache pas que vous êtes à l’autre bout du fil, vous pouvez masquer votre numéro ou l’appelé d’autres portables, prêtés par des âmes compréhensives qui ont le même genre de cible à la maison.

Stratégie 2 : le marketing mobile

Technique : le SMS comme moyen de communication... à condition de bien en connaître le langage.

Adaptation : vous tapez sur votre mobile ce message glaçant « Wétu? Tufékoi? Vi 1 ! TT2 suite ! » (traduction : où es-tu ? Tu fais quoi? Viens! Tout de suite!). Et vous envoyez

 

On a aussi testé pour vous

· Le street marketing. Cette technique consiste à aller là où se trouve la cible. Un message à faire passer à l’homme de votre vie ? Glissez un petit mot sous l’essuie-glace de sa voiture...

· Le marketing sensoriel. L’objectif est de solliciter un ou plusieurs des cinq sens du consommateur pour favoriser son bien-être. Que lui préparez- vous à dîner ce soir ? Et dans quel but inavoué ?

· Inventez votre technique. Par exemple, le Iegwork marketing. Le legwork consiste à porter des talons très hauts avec charme et élégance. Montez un événement qui mélange charme et sport. Chaussez des talons aiguilles et investissez le salon pour une séance de gym avec un final trench cancan qui fera parler de vous très longtemps (DVD legwork sur www.legworkdvd.com).

A lire :

· Le bon marketing de soi, pour en finir avec l’échec, de B. Bloch-Tabet et C. Pelé-Bonard, éd. Chiron.

· La philo des paresseuses, de S. Brusset-Gervasi, éd. Marabout

· Le pouvoir de l’illusion, les clés de votre réussite, de Jacques H. Paget, éd. Plon.

 
©Victoria juin, publié dans Avantages Magazine, mai 2008